Multi-logements Commercial Résidentiel Achat et vente

N’acceptez jamais la première offre du banquier

Entre le taux «officiel» et le taux négocié, il y a souvent un écart de 2 points de pourcentage (voir tableau). C’est loin d’être banal. En payant 3 % au lieu de 5 % sur une hypothèque de 100 000 $, vous réduirez vos mensualités de 100 $. Au bout de cinq ans, vous aurez économisé 10 000 $ d’intérêts. Sur une période d’amortissement de 25 ans, l’économie d’intérêts atteindra 32 500 $. Quand on sait que les Québécois ont si peu de marge de manoeuvre financière, il est bien malheureux que tout le monde n’aille pas chercher cet argent facile.

Contactez un courtier hypothécaire c’est payant

Celui-ci est au courant des meilleurs taux hypothécaires sur le marché et peut vous aider à économiser beaucoup.
  • Les services d’un courtier hypothécaire sont gratuits puisque c’est l’institution financière qui défraie ses honoraires pour chaque prêt conclu.
  • Par contre, vous devrez signer un contrat de courtage qui stipule que si en cours de route vous renoncez à vos projets d’emprunt, il y aura des frais $…
Les courtiers hypothécaires font affaire avec plusieurs prêteurs. Le fort volume de transactions leur permet d’obtenir des taux avantageux aux meilleures conditions selon les besoins de leurs clients Ne vous fiez pas aux taux affichés Les taux «officiels» affichés par les banques ne veulent rien dire. En 2013, les clients ont obtenu un rabais moyen de 2,15 points sur une hypothèque de cinq ans qui leur est revenue à 3,06 % au lieu de 5,21 %, selon l’ACCHA.

Gare aux menottes

Au lieu d’une hypothèque conventionnelle, plusieurs prêteurs accordent maintenant des hypothèques subsidiaires (hypothèques parapluie) qui sont plus difficiles à transférer. Si vous voulez changer de prêteur, il se peut fort bien que vous deviez payer des frais de mainlevée de l’ancienne hypothèque et d’enregistrement de la nouvelle hypothèque auprès du nouveau prêteur, prévient l’Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC). Pour le refinancer, on peut prévoir des frais de notaire d’environ 800 De plus, il faudra rembourser toutes les autres dettes (marge, cartes de crédit, etc.) couvertes par le «parapluie».